Quelques p'Arts...

Centre National des Arts de la Rue - Scène Rhône-Alpes

Quelle histoire ! 

Le SOAR (Secteur Ouvert des Arts de la Rue) est fondé sur les bases du projet initié par Palmira Picon qui, au sein de la MJC d'Annonay et depuis 1988, a su impulser et maintenir une dynamique de développement artistique et culturel autour des Arts de la Rue avec : le Festival de la Manche, la Journée des Mômes, les Préambules, la Saison, et la création, à la MJC d'un secteur ouvert des arts de la rue.

Dans la cadre de la concertation menée avec les partenaires de tutelle (État, Région Rhône-Alpes et Département de l'Ardèche) une structure indépendante est créée en décembre 2002, pour développer le projet Quelques p'Arts... C'est l'APSOAR, en préfiguration du "Pôle ressource de création et de diffusion des Arts de la Rue et du Spectacle Vivant dans les espaces publics et de proximité".

L'Association de Préfiguration du Secteur Ouvert des Arts de la Rue reçoit fin 2005 le label Scène Régionale Rhône-Alpes et s'installe à Boulieu-lès-Annonay dans l'ancienne usine de Grusse. Au cours de l'été 2013, lors du Festival d'Avignon, la Ministre de la Culture, Mme Aurélie Filipetti annonce la labellisation de Quelques p'Arts... en Centre National des Arts de la Rue. Avec ce label l'État reconnaît le travail de défrichage démarré il y a 25 ans pour faire avancer une forme de décentralisation culturelle originale et inhérente de territoires.

Cette labellisation a également eu pour conséquence de nous faire passer d'une "association de préfiguration..." (APSOAR) à un "secteur ouvert des arts de la rue" (SOAR). En sortant le projet de la préfiguration, le nom de l'association peut enfin se séparer du A et du P pour devenir en 2014, le SOAR.

 

Un projet artistique et culturel inhérent au territoire

Il s’agit de favoriser de nouvelles formes de rassemblements artistiques et esthétiques, d'expérimenter de nouvelles modalités de circulation des œuvres et de rencontres avec le public par une approche territoriale innovante.

À noter que si les arts de la rue représentent la dominante artistique dans toutes leurs composantes pluridisciplinaires, Quelques p'Arts... élargit cette définition au spectacle vivant dans les espaces publics et de proximité et propose également des passerelles, possibles et nécessaires, entre "le dehors dedans".

Les dialogues et les complémentarités sont primordiaux notamment avec les arts de la piste, les arts de la scène, les arts plastiques ou même avec la vidéo et le cinéma, en fait, toutes formes d’expressions artistiques qui offrent une place privilégiée au public, aux espaces publics, à la relation, à la proximité. S’ajoutent ainsi les œuvres créées pour des espaces intérieurs où dominent avant tout le projet artistique et son écriture.

Les liens avec chaque commune concernée, avec les habitants, les acteurs locaux et les artistes, est importante pour conduire à des écritures singulières et à des aventures différentes en fonction des “espaces théâtres” possibles pour répondre à la diversité et aux spécificités qui caractérisent ces champs artistiques. L’ensemble des partenariats qui sont mis en place dans ce projet nous permet d’accueillir des propositions artistiques majeures, dans de petites communes rurales.

Cette mission d’intérêt général se manifeste par une approche transversale de l’action culturelle, permettant aux publics d’être sensibilisés aux différentes étapes du processus de création tout en ayant de réelles possibilités d’implication.

Fondés sur une démarche où l'action artistique et l'éducation populaire sont complémentaires, ses axes de travail sont :

  • La diffusion : elle se fait sur l’ensemble des communes et communautés de communes partenaires réparties sur le(s) territoire(s) concerné(s), notamment avec :  "Quelques p’Arts... La Saison" qui se déroule sur l’année est ponctuée de Temps Forts.
    En plus de ses propres programmations, Quelques p'Arts... assure la direction artistique de projets culturels mis en place par des collectivités territoriales, avec des partenariats spécifiques comme l'Agence de Développement Touristique de l'Ardèche avec une programmation estivale sur les "Villages de Caractère", mais aussi le Parc Naturel Régional du Pilat qui lui a confié depuis 2005 la programmation de son action estivale "Scènes aux Champs et Concerts en Balades", durant les mois de juillet et août.
  • L’accompagnement à la création : Dans le cadre de son dispositif d’accompagnement des équipes artistiques et d’aide à la création, Quelques p'Arts... accueille des compagnies en résidence, selon des formes adaptées à chacune. En accord avec l’éthique de notre projet, ces résidences permettent aux équipes de s’inscrire dans des contextes géographiques et sociaux adaptés, ce qui les conduit à parcourir avec nous les différents territoires où évolue Quelques p’Arts…. Ces résidences classiques, décentralisées ou itinérantes sont des moments privilégiés de partage avec des compagnies qui vont à la rencontre d’espaces de vie et de leurs habitants, pour expérimenter, répéter, peaufiner leurs créations, pour présenter soit des étapes de travail soit directement la création…
  • Le Pôle Ressources : il est synergie avec l’ensemble des actions, il a un rôle de médiation, de sensibilisation des publics, de développement et de mise en réseau de partenaires. C'est un dispositif souple, attentif et réactif, en interaction avec les acteurs potentiels : formation des publics (représentations scolaires, ateliers d’initiation, ateliers spectacle, rencontres...), information, mise en relation, conseils, aide à l’organisation de manifestations... au service des associations, des établissements scolaires, des collectivités locales et territoriales, des acteurs culturels, des compagnies…

La participation active de la directrice artistique contribuant au débat public et professionnel, ainsi qu’à la formation sur le plan régional et national notamment, constitue également un des éléments de ce Pôle Ressources. 

 

L'esprit et l'ambition du projet

Allier envergure et proximité

Nous agissons pour rendre "l'art public" et en ce sens nous réalisons pleinement ce que les partenaires de tutelle exigent de plus en plus de la part des équipements institutionnels : la décentralisation de la diffusion pour un accès élargi à la culture.

Notre projet répond aux mêmes objectifs que les théâtres conventionnés, les scènes culturelles régionales, les institutions culturelles missionnées pour le spectacle vivant. Nous assumons les mêmes responsabilités artistiques, professionnelles, sociales et territoriales. (Charte des missions publiques pour le spectacle).
Simplement notre scène de théâtre n'est pas fermée, elle se compose principalement d'espaces publics, de places, de rues, de bars, de façades, de garages, d'arbres, de rivières, de lacs… Parfois aussi de théâtres, de petites salles ou de friches… Tout ce qui peut devenir un espace de représentation, pour être plus près des publics et des citoyens.

Notre "scène théâtrale" s'étend à l'ensemble des partenaires du territoire et notre programmation se fait de manière équilibrée et équitable sur un vaste espace géographique. Nous renforçons la diffusion des œuvres et des autres activités artistiques, nous relayons le développement culturel dans des zones souvent défavorisées, nous entraînons une participation active des gens, nous aidons l'éducation artistique des plus jeunes et interpellons un public toujours plus large en lui facilitant l'accès aux œuvres … Autant de missions qui contribuent réellement au schéma de développement concerté de ce territoire.

Le terme "d'équipement culturel" laisse place ici à un concept plus global
 "d'environnement culturel".

Au-delà d'une action artistique et culturelle

Il s'agit de conduire une action transversale par laquelle l'art et la culture deviennent des moteurs essentiels du développement local et social. Ce projet dépasse largement la simple diffusion de spectacles pour agir avec les gens dans leur environnement. Il s'agit de créer des dynamiques capables d'avoir de réelles répercussions dans la vie quotidienne, affective, sociale et économique. Il s'agit de favoriser l'épanouissement et l'insertion des personnes dans la société, et notamment des jeunes, pour leur permettre de devenir les acteurs de leur propre développement. Loin d'instrumentaliser les actions artistiques, il s'agit de les considérer et de les valoriser pour ce qu'elles sont : des espaces d'imaginaire fédérateurs de lien social et de mobilisation individuelle et collective.
C'est une autre définition de l'action artistique et culturelle qui se joue ici car la manière de s'adresser aux gens, de les accompagner, d'établir la communication entre publics et artistes, s'avère, dans cette optique, tout aussi importante que la dimension esthétique de l'œuvre.